Accès membres

Pôle 1 : Principes et missions : le cahier des charges

« L’EMS doit donc se fondre dans des aspects culturels en lien avec son implantation et devenir « un lieu de vie où l’on soigne et non un lieu de soin où l’on vit ». » Bataille (2018)

 

Le paradigme d’EMS lieu de vie suppose que l’ensemble des acteurs et actrices de l’institution se mettent au service de la qualité de vie quotidienne du résident. L’ « accompagnement social » est une forme de relation qui se met en place à tous les moments de la journée, et par toutes les personnes qui côtoient les résidents. Le service d’animation socioculturelle s’inscrit dans cette perspective, il en est le « chef d’orchestre ».

Chartes institutionnelles

Le service d’animation va pouvoir fonctionner s’il trouve sa place dans la structure, si les divers services ne sont pas cloisonnés. Il faut pour cela construire une « culture institutionnelle commune ». Les actrices et acteurs de l’EMS partagent ainsi les valeurs et principes de l’EMS pour pouvoir investir leur mission. Il est à préciser que dans le cadre du système qualité « Qualivista » obligatoire pour l’ensemble des établissements valaisans, la construction d’une charte institutionnelle constitue un des critères de certification.

Le premier pas est donc de fédérer les divers services autour de ces valeurs communes. Pour faire vivre les valeurs, il faut les co-construire, en débattre ensemble. La charte d’établissement n’est utile que dans le sens où l’ensemble des collaboratrices-teurs y ont travaillé.

Des principes aux missions du service d’animation socioculturelle

L’animation socioculturelle en EMS se fait à 3 niveaux, et donc sur 3 « territoires » différents :

  • L’animation individuelle : l’intervenant.e en animation répond aux besoins et désirs du résident. Il-elle va pour cela rencontrer le résident dans sa chambre, son étage, ses lieux de prédilection, rassembler des éléments de son passé, s’intéresser à ses ressources. L’objectif est le maintien de l’identité de chaque résident et la valorisation de son rôle social. La crise sanitaire a amené l’animation en EMS à prendre le chemin d’un « accompagnement relationnel » en collaboration étroite avec les soins et le service hôtelier. L’animation individuelle se voit renforcée. Elle complètera désormais l’animation basée sur l’organisation d’activités de groupes.
  • L’animation institutionnelle : les animatrices-teurs socioculturels promeuvent la qualité de vie et de relations parmi l’ensemble des actrices et acteurs de l’EMS : les professionnels de tous les secteurs, les bénévoles, les résidents et leurs proches. Leur champ d’action est l’ensemble de l’établissement dans tous les moments du quotidien. L’objectif est l’atmosphère bienveillante et la qualité des relations dans le lieu de vie des résidents.
  • L’animation sociale : l’animatrice.teur socioculturel.le élargit son action d’accompagnement à l’environnement social et culturel de l’EMS, la population locale. Son territoire est le quartier, le village, la commune dans laquelle se trouve l’EMS. L’objectif est le maintien des relations des résidents avec le reste du monde.

Dans le tableau suivant, nous avons repris les principes de base de l’animation socioculturelle dans les diverses chartes étudiées, les avons réparties dans ces 3 niveaux, afin de pouvoir mieux classer les missions du service d’animation.


Méthodes et savoir-faire de l’animation socioculturelle

Les méthodes et savoir-faire pratiques se retrouvent sur les 3 niveaux : car il s’agit toujours de « faire avec » plutôt que « faire pour », d’impliquer les divers acteurs, et de coordonner les projets, qu’ils soient individuels ou communautaires. La liste suivante n’est pas exhaustive mais représente les compétences pratiques des animatrices et animateurs socioculturel-le-s formé-e-s HES.

Méthodes :

• Méthodologie de projet OGA-LA-RA (Orientation Générale de l’Action ; Logique d’Action, Réalisation de l’Action)

• Méthodes et outils d’Education populaire

• Empowerment collectif

• DPA collectif (Développement du pouvoir d’agir)

• Valorisation des rôles sociaux


Savoir-faire :

• Analyse de contexte

• Analyse de faisabilité

• Analyse des besoins, de la demande

• Récolte de données

• Diagnostic participatif

• Conduite d’entretiens

• Conception et réalisation de projets d’animation socioculturelle

• Conception et organisation de programmes d’activités

• Travail en réseau

• Animation de groupes

• Gestion d’équipe

• Gestion d’un budget

• Mobilisation des ressources

• Production et diffusion d’information

 

Trois formes d’interventions professionnelles

Les animatrices et animateurs socioculturel-le-s en institution s’impliquent dans trois types différents de projets, dans lesquels ils-elles mobilisent leurs compétences :

 

1. Le projet de vie ou le « projet d’accompagnement personnalisé » (PAP)

Autour du projet de vie de chaque résident se réunissent les divers professionnels de l’EMS, y compris l’équipe d’animation :

  • En tant que personnes qui « vivent » une partie de leur temps en EMS, ils-elles sont des accompagnant-e-s sociaux-les des résidents
  • Comme professionnel-le-s dans leurs compétences propres, ils-elles mettent en place des parties de ce projet de vie : relations, santé, sécurité, spiritualité, art…

Le service d’animation collabore étroitement dans la définition, la réalisation et l’évaluation de ces projets de vie individuels. Par leur présence et leur écoute des résidents et de leurs proches, les animatrices-animateurs récoltent et relaient les besoins et désirs des résidents en termes de vie quotidienne, en particulier aux niveaux social, culturel, spirituel, relationnel ; ainsi que les éléments de leur histoire de vie, leurs ressources, leurs intérêts…

 

2. Le projet d’animation socioculturelle

Le point de départ de tout « projet » d’animation socioculturelle est un besoin ou une attente d’un résident ou d’un groupe de résidents, que ces besoins ou attentes soient clairement exprimés ou déduits de leurs comportements, de l’évaluation de leurs besoins ou de leur histoire de vie.

Le « projet » peut prendre des dimensions diverses, n’intégrer qu’un ou plusieurs résidents. La « méthodologie de projet » enseignée aux animatrices et animateurs en HES leur permet de conceptualiser, réaliser et évaluer le projet, en impliquant au maximum les personnes intéressées par ce projet dans et hors de l’institution :

  • les résidents et leurs familles (ex : sortie ; chorale ; …)
  • une partie ou l’ensemble du personnel (ex : organisation commune d’un événement festif)
  • l’ensemble des acteurs reliés à l’EMS (personnel, bénévoles, intervenants externes, financeurs…) (ex. spectacle incluant tout le personnel dans diverses tâches)
  • le quartier, la commune, le voisinage (ex. participation à la fête des voisins).


3. Le programme d’activités

Contrairement au projet, le programme d’activités est une prestation issue plus exclusivement du service d’animation. Les activités sont définies sur la base des intérêts des résidents et des autres acteurs et actrices de l’établissement, mais aussi de l’offre présente dans et hors de l’institution.

L’animatrice.teur coordonne et organise l’activité en veillant à ce qu’elle soit adaptée aux personnes qui y participent. Les activités tendent à valoriser le rôle social des résidents et visent leur sentiment de bien-être et une possible continuité de leurs habitudes de vie. Elles promeuvent également l’accès à de nouvelles expériences, voire de nouveaux apprentissages.

Avalems

Association valaisanne des EMS
Avenue de la Gare 29
CP 91
1951 Sion


027 / 323 03 33

Horaires d'ouverture

Lundi - jeudi
09h00 - 11h00
14h00 - 16h00
powered by /boomerang
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.
Lire les mentions légales ok